Docteur Ouseynou Badiane : « La vaccination est trop sérieuse, l’Etat doit y mettre le prix »

Le plus grand défi de la vaccination est le financement. Notre pays est trop dépendant des partenaires. Et pourtant l’Etat gagnerait à investir dans le domaine de la vaccination qui est un moyen de sécurité de la population. L’Etat devrait verser 3 milliards 117 millions au programme en 2019. Ce qui n’a pas été fait en 2019. Gavi a envoyé une note à l’autorité pour lui signifier qu’il n’a pas respecté ses engagements. En 2020 il n’a donné que la moitié. Il faut noter que c’est une ligne de transfert que l’Etat devrait verser à la Centrale d’achat. C’est avec cet argent que les commandes en vaccins sont payés par l’Unicef. S’il n’y a pas ces fonds, on risque des ruptures de vaccins ce qui est déplorable. Vacciner c’est prévenir et protéger les populations contre les maladies visées par le programme élargi de vaccination (PEV). C’est du moins selon le coordonnateur du programme élargi de vaccination. D’ailleurs dans ce domaine, le docteur Ousseynou Badiane affirme que l’Etat doit acheter les vaccins. A en croire le docteur Ousseynou Badiane la vaccination est trop sérieuse pour qu’on l’assujettie à des jeux. « L’Etat n’organise pas des matchs pour acheter des armes. Les armes servent à la sécurité donc à la prévention au même titre que les vaccins. C’est pourquoi l’Etat doit acheter les vaccins et pas le contraire » s’est-il convaincu. Il s’exprimait en marge d’une rencontre sur le sujet organisé par la direction de la prévention. L’idée étant de renforcer les capacités de journalisme en matière de traitement de l’information relative.

Il signifie toute de même qu’il n’y a pas de rupture significative. C’est en 2016 que quelques ruptures de vaccins de certaines maladies comme la fièvre jaune ont été notées. Mais c’était au niveau mondial. Le Sénégal est à 93% de taux de couverture de vaccination concernant la rougeole et le Penta 2 au niveau international. En 2018, il y a une baisse de 3% des performances concernant le HPV. Pour rappel le Sénégal est à 70% du taux de vaccination. L’impact de la Covid sur la vaccination est général. Entre mars avril et mai, Il est noté une chute de 10%. Depuis juin les choses sont en train de remonter. Le personnel de Santé n’a pas aussi informé pour que les enfants reviennent. Le total des chutes peut être estimer à plus de 50%.

 

 

Commentaire

commentaire

Restez chez vous Dakarprivee.com vous informe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enable Notifications   OK No thanks