Inde: Les habitants de Cachemire pris en otage et privés de toute liberté

Sous un couvre-feu imposé, le Cachemire indien est paralysé depuis le dimanche  soir 4 août 2019. Les habitants de cette partie de l’inde sont coupés du reste du monde car,il n’y a ni Internet, ni téléphone, ni sources d’information. Les principaux dirigeants des partis politiques locaux ont été placés en détention dans la capitale d’été de l’Etat, Srinagar. Les écoles sont fermées, les rassemblements interdits.

Les rares voyageurs qui ont quitté Srinagar au cours des dernières 72 heures évoquent un couvre-feu extrêmement strict, des rues vides et patrouillées par des forces paramilitaires. La province himalayenne à majorité musulmane, qui est l’une des zones les plus militarisées au monde, est entièrement aux mains des forces de l’ordre, à l’initiative du gouvernement nationaliste hindou du premier ministre, Narendra Modi. Un manifestant est mort dans la région après avoir été pourchassé par la police, selon des informations parus ce mercredi 7 août et provenant d’une source policière locale.

Le Cachemire, bâillonné, n’a pas eu son mot à dire lorsque son avenir s’est joué lundi 5 août ,suite au couvre feu (800 kilomètres plus au sud, à New Delhi, dans l’hémicycle du Parlement indien). Amit Shah, ministre de l’intérieur a annoncé la révocation de l’article 370 de la Constitution indienne, qui garantissait une autonomie d’exception au Cachemire indien, l’Etat du Jammu-et-Cachemire, 13 millions d’habitants. Dans la foulée, la région a perdu son statut d’Etat fédéré et sera scindée en deux  territoires de l’Union , administrés directement par le gouvernement central. Un coup brutal porté aux aspirations historiques du Cachemire indien.

ndeye amy sarr

Commentaire

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *