Kalidou Koulibaly: « Je n’étais pas un joueur très talentueux à la base , mais j’ai toujours bossé pour en arriver là « 

Kalidou Koulibaly: "Je n'étais pas un joueur très talentueux à la base , mais j'ai toujours bossé pour en arriver là "

Remarquable ! Kalidou Koulibaly mérite d’être loué pour ses qualités humaines. Le quartier Kellermann, son quartier, lui a ouvert les bras et le défenseur central de Naples s’est prêté avec une vraie chaleur humaine à ces étreintes teintées de fierté et d’admiration. Longuement, patiemment. Pas la moindre faute de goût dans un protocole mis sur pied en 24 h par son ami d’enfance Mohamadou N’Diaye, son frère Seoudou et son premier cercle de copains. Kalidou s’est occupé du reste quand la timidité des plus petits bridait ces moments furtifs. La famille était réunie et chaque membre a été traité avec égard. Le Déodatien n’a pas vu son cercle familial intime, Charline son épouse déodatienne et le fiston Seni, depuis le 2 juin. Mais juste après la CAN, depuis Dakar, il a pris un avion pour venir embrasser ses parents ce mercredi en début d’après-midi. Avant de s’envoler à nouveau vers Naples. Confidences d’un mec bien avant d’être un footballeur au statut planétaire.

Vous semblez fatigué. Comment allez-vous ?

« Entre la Coupe du monde, le Calcio, la CAN derrière, depuis deux ans, j’ai dû avoir trois semaines de vacances. Je sors de treize mois de compétition. Mon club de Naples a repris, mais mes vacances ne commencent que maintenant. Le club m’a demandé de revenir le 4 août, mais ça risque d’être un peu juste. »

Vous avez fait preuve d’une patience admirable avec tous ces gamins…

« (Rires). C’est important pour moi. Et c’est normal. J’ai grandi ici, au milieu de toutes ces personnes. Je les connais depuis toujours, ils sont comme mes petits frères, mes fils. Je connais plus des deux tiers des gens qui sont là. L’autre tiers, ce sont simplement des enfants qui sont nés après mon départ dont je ne connais pas le nom. Je n’en ai pas toujours le temps mais quand je peux le faire ça fait super plaisir. Mon frère (Seoudou, qui s’est improvisé DJ pour l’occasion), mon ami d’enfance Mohamadou (Ndiaye, coprésident des SR Saint-Dié Kellermann) me demandaient souvent quand je passerais dans le coin. J’ai décidé de venir voir mes parents et j’ai appris mardi soir qu’ils organisaient cela. »

Que voyez-vous dans le regard de tous ces gamins ?

« Je me vois moi ! Quand j’avais leur âge, je rêvais de rencontrer des footballeurs professionnels ou des personnes ayant réussi dans la vie. Je suis là aussi pour ça. Pour montrer qu’en venant de ce quartier, aucune porte n’est fermée. Que ce soit dans le domaine scolaire (Kalidou avait décroché son bac avec mention) ou dans le quotidien. Il faut juste avoir des pensées positives, croire en soi et travailler. Je veux leur livrer ce message et leur donner cet espoir. »

Omar Daf, qui faisait partie du staff du Sénégal, évoque justement le travail comme l’explication majeure de votre réussite ?

« Oui parce que je pense sincèrement que je n’étais pas un joueur très talentueux à la base. Je suis parti de presque rien, mais j’ai toujours bossé. Tout s’est fait par étapes, d’abord devenir professionnel, aller en Belgique, puis à Naples, jouer la Coupe du Monde, la Coupe d’Afrique des Nations. J’ai toujours voulu prouver que j’avais le niveau et c’est cet acharnement dans le travail qui a payé. »

Le fait de ne pas jouer la finale de la CAN et que le Sénégal s’incline vous laisse-t-il encore de l’amertume ?

« C’est dommage car au niveau FIFA, j’aurais joué cette finale (le règlement annule les avertissements au stade des demi-finales en coupe du monde contrairement à la CAN). Mais il faut l’accepter, c’est le destin qui devait s’écrire comme cela. Mon équipe, mes frères sénégalais ont fait un super match. C’est dommage d’avoir perdu cette finale mais il faut être sportif. L’Algérie a réalisé une superbe compétition et méritait aussi de gagner. Le sort en a décidé ainsi. »

Vous connaissez les mœurs du football, votre nom va fleurir un peu partout jusqu’à la fin du mercato. Comment appréhendez-vous la chose ?

« Je ne regarde pas tout ça, je ne lis pas non plus ce qui peut se dire. Les échos viennent la plupart du temps de mes amis. Ils savent que je n’aime pas trop évoquer mon futur. Je vis le moment présent, je ne prémédite rien. Les seules choses où je m’organise, en fait, c’est quand je suis sur le terrain. Je suis tranquille, je verrai bien ce que l’avenir me réservera. Le football est un plaisir pour moi, il faut qu’il le reste. Mon métier est une vraie passion, je sais que je suis chanceux, j’ai une bonne santé et c’est pour cela que je ne me prends jamais la tête avec tout ça. Je ne souhaite qu’une chose : donner des émotions aux gens comme ici ce soir (mercredi soir), jouer le football que j’aime, le football de haut niveau, que ce soit à Naples ou autre part. Jusqu’à preuve du contraire, aujourd’hui c’est à Naples, je suis serein. J’aspire à passer mes vacances tranquillement. »

 

Source: Le Républicain Lorrain-dakarprivee.com

Commentaire

commentaire

Restez chez vous Dakarprivee.com vous informe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enable Notifications    Ok No thanks